Victime d'un viol, une jeune femme de 19 ans sectionne la langue de son agresseur

Preuve irréfutable d'un viol : un bout de langue. Les faits se sont déroulés à Toulouse. Une jeune femme agressée dans un ascenseur est parvenue à semer son agresseur en lui coupant la langue. L’homme s’est rendu à l’hôpital et a pu être interpellé par la police.

Une jeune femme de 19 ans a eu la peur de sa vie… Après avoir été suivie par un homme, elle s’est retrouvée prise au piège dans l’ascenseur de son immeuble. L’agresseur lui arrache le chemisier et lui ordonne de « faire l’amour ». L’homme va essuyer plusieurs refus et coups. Il demande alors à sa victime de le caresser… La jeune femme se laisse embrasser et c’est alors que son instinct de survie la sauve. Elle mord à sang la langue de son agresseur, celui-ci a reculé, laissant sur place beaucoup de sang et un bout conséquent de sa langue.

L’homme arrêté à l’hôpital

L’homme en sang s’est alors enfui, laissant un bout de langue sur place. Les policiers ont fait surveiller les cliniques et services d'urgence de l'agglomération et le signalement d'un individu n'a pas tardé. Arrêté par des policiers de la brigade anticriminalité, a été placé en garde à vue. Les vérifications ADN ont confirmé qu'il était bien l'homme qui avait été mordu au sang. Mais le violeur présumé réfute toute agression parlant de "propositions" de la part de la victime. Une version qui n'a pas convaincu la justice. Mis en examen pour "viol", l’individu a été écroué.